Situation

Passer le pont sur le Sichon c'est un peu franchir le Rubicon... et découvrir un autre Vichy : le quartier Jeanne d’Arc, avec ses maisons pittoresques recouvertes de tuiles mécaniques, embellies par des perrons haut comme trois marches, eux-mêmes surmontés de marquises riquiqui. Ici, grâce aux nombreux commerces indépendants, l’autochtone a cultivé son autonomie vis-à-vis de la ville. Nostalgiques d’une France rigolarde et un brin goguenarde, vous aimerez le quartier Jeanne d’Arc comme le vestige impalpable d’une population laborieuse et active qui vous saluait tôt le matin d’un vigoureux « santé, bonheur, industrie et commerce » clamé à la volée.

En venant de Vichy, l’arrivée dans le quartier Jeanne d’Arc se fait par la rue Jean-Jaurès. Au loin, la pointe blanche du clocher de l’église Jeanne d’Arc. Le Sichon, véritable frontière liquide, marque l’entrée du secteur aussi sûrement que les barbelés parcourent les prairies du Dakota. Grand comme un mouchoir de poche, Jeanne d’Arc, un temps autoproclamée commune libre, accueillait les commerçants de Vichy qui avaient « réussi ». Des petites maisons, serrées les unes contre les autres, s’étalent de façon rectiligne le long de rues droites comme des « i ».

A Jeanne d'Arc on devise au Café florilège ou à La virgule. On respire l’iode aux Dents de la mer, une belle poissonnerie située juste en face de la blanchisserie Duranthon ; on s’encanaille, avec beaucoup d’imagination, chez Kokine, la boutique de lingerie « olé olé » du coin ; on aime transmettre, on va se faire faire une coupe de cheveux chez Tétier, père & fils ou encore faire réparer sa voiture chez Auto Raso, père & fils là aussi.

On salive devant l'étal de la boucherie Serange et sa vitrine de maturation façon Gallaghers , le steak house mythique de la 52e rue à New York. A Jeanne d'Arc on aime les figures, comme dans une partie de belote contrée ou encore comme celles d’une anaphore.

Vous l’aurez compris, le quartier Jeanne d’Arc n’abrite aucun geek en phase trans-humanoïde mais plutôt une population moyennement mixte, symbolisée par Marcel, propriétaire d’une casquette et d’une rutilante Peugeot 205 de 1983. Le quartier Jeanne d’Arc vous y viendrez peut être par hasard, mais si vous savez l’aimer, vous le quitterez à regret, presque enivrés par cette odeur d’amitié, reniflée au coin de la table en formica.

Sur place