Cela fait maintenant six ans que le Rendez-vous photographique Portrait(s) donne à voir des morceaux de vie à Vichy. À travers le regard éclairé des photographes, passent des visages mêlant ce que la vie a de plus évident, et ce que l’artiste a de plus puissant.

Programme du Festival Portrait(s) 2018

GALERIES DU CENTRE CULTUREL VALERY-LARBAUD

JUSTINE TJALLINKS

THE BEAUTY IS ALWAYS STRANGE

En prenant pour modèles des enfants atteints du syndrome de Down ou une femme albinos et aveugle, la jeune Hollandaise Justine Tjallinks revisite les canons de la beauté, associant le bizarre et l’aristocratique, le féerique et l’altier. Elle puise son inspiration dans les chefs-d’œuvre des maîtres de la peinture hollandaise. Attentive à la rigidité des poses et des costumes, elle détourne les codes de l’âge d’or de la peinture flamande pour réaliser des œuvres hybrides, à mi-chemin du portrait de cour et de l’image intériorisée.

NELLI PALOMÄKI

SHARED

Née en 1981, Nelli Palomäki vit et travaille entre Isnäs et Helsinki. À 37 ans, elle est l’une des figures reconnues de la photographie finlandaise. Dans sa dernière série intitulée Shared, elle s’est intéressée plus particulièrement aux liens qui unissent les jeunes frères et sœurs. Entre ressemblance et dissemblance, amour et distanciation, gravité et légèreté, ses portraits en noir et blanc explorent toute la gamme des sentiments et des antagonismes. Elle poursuit avec cette série un travail de longue haleine sur les enfants et les adolescents, scrutant avec pudeur et justesse le passage délicat de l’enfance à l’âge adulte.

MATTIA ZOPPELLARO

APPLEBY

Mattia Zoppellaro est né à Rovigo, dans la plaine du Pô, en 1977. Il vit maintenant entre Londres et Milan. Cinq ans durant, il a emboîté le pas des gitans d’Irlande, d’Écosse, du pays de Galles et d’Angleterre. Chaque année, le premier week-end de juin, cette communauté se rassemble dans la petite ville d’Appleby, au Nord de la Grande-Bretagne, pour vendre des chevaux, faire la fête et célébrer sa culture. À mi-chemin du documentaire social et de l’essai personnel, le travail de Mattia Zoppellaro s’attarde sur les corps et les visages qu’il inscrit dans l’espace de vastes paysages, traduisant par ses images hautes en couleur la liberté d’esprit et de mouvement de cette population nomade.

THOMAS SAUVIN

BEIJING SILVERMINE

Beijing Silvermine est un projet mené par Thomas Sauvin, un collectionneur et éditeur français qui vit entre Paris et Pékin. Depuis 2009, il a ravivé la mémoire de la Chine ordinaire en sauvant de la destruction plus de 500 000 négatifs, qu’il a classés par thèmes, époques et styles. Des premiers films Kodak grand public apparus en 1935 en Europe mais bien plus tard en Chine, jusqu’à l’essor du numérique dans les années 2000 qui signe la fin de la pellicule, les photographies qu’il a recueillies dressent le portrait vivace d’une Chine de l’après révolution culturelle, qui goûte pour la première fois aux loisirs et à la société de consommation. Thomas Sauvin présentera à Vichy une sélection de près de 300 images ainsi que les publications auxquelles elles ont donné lieu.

DENIS DAILLEUX

PERSAN-BEAUMONT

Le nom de Denis Dailleux est associé à l’art délicat du portrait. Les photos d’enfants qu’il a réalisées à Persan-Beaumont (Val-d’Oise), dans les années 90, relèvent moins d’une photo documentaire que d’un geste vers l’autre. Cadrer des enfants qui grandissent dans des cités aux perspectives bouchées est un défi. Denis Dailleux l’a relevé en resserrant le décor pour ne plus s’attarder que sur les corps menus, repoussant dans l’ombre la matière dure des murs. Ces images en noir et blanc, nées d’une chimie secrète, témoignent de sa capacité à détourner les clichés de la banlieue pour y réintroduire de la grâce et de l’innocence.

GILLES COULON

ARTISTE EN RÉSIDENCE ENTREVUES

Gilles Coulon, du collectif Tendance Floue, signe la 5e résidence photographique à Vichy. Il a entrepris un travail avec le CAVILAM-Alliance Française. Cette association visant à l’enseignement du français aux étrangers trouve chaque année des familles d’accueil vichyssoises pour plus de 4000 stagiaires étrangers désireux d’apprendre le français. A Vichy, Gilles Coulon est entré dans les maisons, il s’est intéressé au dedans et a multiplié les face-à-face. A travers ses portraits se fait jour une certaine idée de l’exil et de la fraternité. Il met en lumière la force et la fragilité de ce qui nous lie et nous rappelle ce sourd désir de vivre ensemble et de se comprendre par delà les frontières de langues et de cultures.

EXPOSITION EXTÉRIEURE ESPLANADE DU LAC D’ALLIER

MARK SELIGER

30 ANS DE PHOTOGRAPHIE À CIEL OUVERT

Mark Seliger a établi sa réputation dans les années 90 en collaborant au magazine Rolling Stone dont il a réalisé à lui seul plus de 125 couvertures. Il a ensuite rejoint le groupe Conde Nast en 2002, et signé pour GQ, Vanity Fair ou Vogue des portraits intenses, fondés sur la vérité des expressions, qui figurent parmi les plus fameux des quinze dernières années. Matthew Barney, mi-homme, mi-créature, c’est lui. La silhouette de Barack Obama de dos ou Kim Kardashian en madone nue et voluptueuse, c’est lui aussi. À l’occasion d’une publication aux éditions Abrams, qui célèbre ses trente ans de carrière, il expose le long de l’Allier ses meilleurs portraits mais aussi des images moins connues et tout aussi sensibles.

EXPOSITION EXTÉRIEURE / PARVIS DE L’EGLISE SAINT-LOUIS & PARVIS DE LA GARE

KARMA MILOPP

PORTRAITS DE FAMILLE
LES VICHYSSOIS S’EXPOSENT

Karma Milopp studio est un duo d’artistes formé en 2011 par Carla Talopp et Thomas Millet. Elle est plasticienne, illustratrice, designer textile et graphique. Il a commencé par des études d’architecture avant de devenir photographe. Depuis 2017, ils revisitent l’art du portrait de famille en déjouant les codes traditionnels de ce type d’images. Soigneusement éclairés par Thomas, les modèles viennent prendre la pose devant les toiles de Carla aux motifs inattendus de jungle ou de fonds sous-marins. A Vichy, Karma Milopp transportera en avril prochain son studio ambulant et réalisera une trentaine de portraits de famille rayonnants de poésie, d’humour et de gaieté.

EXPOSITION HALL DU CENTRE CULTUREL VALERY-LARBAUD

VICHY PORTRAIT(S) S’INVITE À L’ÉCOLE

PROJET PÉDAGOGIQUE

Le rendez-vous photographique Portrait(s) poursuit cette année ses actions en direction du public scolaire. L’initiative lancée en 2017 dans une classe de CP de l’école Georges Méchin se poursuit et donne lieu à un nouvel atelier consacré à l’art du cadrage en photographie. Animée par Jérôme Schirtzinger (service Expositions) et Jérôme Darbelet (photographe), la classe va travailler avec des plans de villas vichyssoises historiques en toile de fond. Les enfants et modèles seront photographiés et intégrés à ces fonds par montage. Le projet, mêlant découverte et analyse des bases du cadrage photographique au moyen de planches créatives et d’ateliers dessin, ainsi qu’exercices pratiques de prises de vues, se déroule de mars à avril. Une sélection des meilleures photographies réalisées dans le cadre de ces ateliers sera exposée dans le hall du centre culturel Valery-Larbaud pendant la 6e édition de Portrait(s).

Cet atelier est rendu possible par les actions conjointes de Sylvie Mosnier, conseillère pédagogique et Ghislaine Chazeau, institutrice et directrice de l’école élémentaire Georges Méchin, ainsi que la Ville de Vichy.

Cette initiative est rejointe par celle de la classe de BTS 1re année de Charlotte Jeannin de l’ES de Vichy. En lien avec leur formation professionnelle, les 33 élèves de cette classe, répartis en 3 groupes, réfléchissent et produisent des photographies pour livrer leurs visions du portrait. Également encadrés par Jérôme Schirtzinger et Christophe Darbelet, les étudiants auront pu rencontrer Gilles Coulon, photographe en résidence, qui sera intervenu pour présenter son travail au sein des trois groupes d’étudiants. Une exposition des meilleurs clichés sera également présentée dans le hall du centre culturel Valery-Larbaud.

Guide jeune public

APPRENDRE ET JOUER AVEC LES IMAGES

Pour cette sixième édition, les plus jeunes d’entre nous pourront de nouveau participer de façon active à PORTRAIT(S).

Un document pédagogique a été conçu spécialement pour les enfants. Ce guide se propose de les éveiller aux techniques de la photographie, de les faire jouer avec les images avec un coloriage, une mise en situation et d’aiguiser leur sens de l’observation. Il leur permet ainsi d’appréhender les travaux de certains photographesexposés pendant le rendez-vous photographique.

Ce livret sera disponible dès le début de la manifestation dans les galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud.