Avec ses magasins de centre-ville ouverts le dimanche, Vichy reste la ville du shopping que nulle « villa de la mode » ne viendra détrôner. Ici tout (presque tout disons) tient dans un gros mouchoir de poche : un triangle traversé de voies piétonnes et de passages couverts pour la plupart et délimité par trois rues dans lesquelles. Cette cohabitation piétons-voitures continue de faire le bonheur des foules qui, une fois la voiture garée, se retrouvent dans l’un des cafés qui font le coin de la rue Lucas et de la rue Georges-Clémenceau, deux axes hautement stratégiques. Et maintenant que le décor est planté, place au shopping.

Vichy, constitue le véritable épicentre commercial de toute la région. Que vous soyez un consommateur compulsif ou raisonné, vous trouverez toujours une bonne raison de venir à Vichy, ne serait-ce que pour vous promener dans ses nombreux parcs ombragés et pour aller de surprise en surprise ; si tant est que vous ayez un début de sensibilité à l’architecture de la Belle Époque, Art Nouveau ou encore Art Déco.

Pour ceux qui aiment concilier l’utile à l’agréable, Vichy propose quelques boutiques dont le contenant en dispute au contenu : fleuriste et pharmacie (rue Wilson), confiseries (rue Montaret et Georges-Clémenceau), enseignes de mode (rue Wilson)…

Aux Marocains, la plus vieille confiserie de Vichy (1870),  rien n’a changé depuis Napoléon III. Vous apprécierez le décor Belle Époque et notamment la porte en verre, gravée André Prugnière (du nom de l’artisan qui l’a conçue il y a plus de 140 ans) qui donne sur l’atelier. Liqueur improbable au melon, à la fraise des bois, absinthe de Vichy, égaient la boutique. Tout est fait à la main selon des recettes transmises de génération en génération, comme ces délicieux chocolats qui demandent trois passages entre les mains du chocolatier. Vous repartirez évidemment avec une boîte de « marocains », la spécialité maison depuis l’aube des temps : un caramel au beurre et à la crème, tendre à l’intérieur et dur en surface.

INCONTOURNABLE FER A CHEVAL

Le shopping continue autour du Fer à cheval. Cet ensemble architectural, situé au sud du Parc des sources, vient chapeauter les allées couvertes napoléoniennes qui conduisent, de part et d’autre du parc, aux sources thermales. Vous adorerez cet endroit avec la source de l’Hôpital et son kiosque à musique qui fait office d’axe central ; presqu’une icône intemporelle tant les photographes semblent le chérir… Sur un plan commercial vous trouverez au fer à cheval tout ce que vous ne trouverez pas ailleurs : antiquaires, fringues pour Madame, art africain, encadrement et marchands de tableaux, salon de thé familial avec décor peint, boutique de luminaires, de meubles,…

5

L’autre axe central du fer à cheval, bien qu’il ne corresponde pas à cette définition géométrique, c’est la boutique Les Enfants d’Edouard. La propriétaire a poussé les murs de sa boutique de vêtements, en rachetant, peu à peu, les magasins qui jouxtaient cette belle galerie début du siècle. Elle a eu la bonne idée de ne rien toucher, si ce n’est d’apporter « sa » touche chaleureuse pour vous donner l’impression d’être à la maison : des canapés attendent les messieurs pendant que les dames font des essais derrière un frêle paravent.

POUR TOUS LES GOUTS

À Vichy, il y en a pour tous les goûts… Avec le centre commercial des Quatre-Chemins, le XXIe siècle est entré dans Vichy éberluée. Cheval de Troie d’une modernité, jusqu’alors jugée incongrue, le centre commercial a donné un coup de fouet à la ville et développé son attractivité. Plus de 21 boutiques et un cinéma multiplex sont présents. On aime bien sa verrière haut perchée, son puits de lumière, et ces grappes de jeunes qui s’y retrouvent…

6

Revenir aux articles