Partout dans le monde les glaciers reculent, mais à Vichy ils avancent, avec pas moins de 3 adresses ouvertes la même année. La ville entre donc dans une nouvelle ère « glaciaire » pour le plus grand plaisir de ses visiteurs.

DECORET GLACÉ : GLASTRONOMIQUE

Soyons honnêtes, personne n’attendait notre grand Jacques vichyssois dans cette froide aventure. Mais justement, le chef n’est jamais là où on l’attend : on croit qu’il déglace dans sa cuisine du parc, voilà qu’il givre en centre-ville dans un pocket-shop !

Comme il le rappelle volontiers, ce projet c’est la rencontre entre sa volonté d’ouvrir aux Quatre-Chemins un avant-poste de sa Maison et l’idée de son fils aîné Alexis qui, après avoir « fait ses glaces » chez les frères Roca à Gérone, rêvait d’importer en France les précieux gelati. Le père, le fils… vous la voyez venir ? Raté ! Le produit ne s’est pas incarné par l’opération du Saint-Esprit. Pour être authentiquement fait Maison Decoret, les glaces se doivent d’être à l’image du chef : techniquement irréprochables, gustativement inédites et, c’est bien la moindre des choses, 100% artisanales.

L’extraction des parfums est donc pratiquée au laboratoire en mettant (autant que faire se peut) « l’âme de l’Auvergne » à l’honneur, comme le suggère sa belle devise.

Mais là, c’est le choc ! Certains palais brûlés par les glaces aux arômes de synthèse sont désarçonnés par la finesse des saveurs naturelles. Pourtant comme le dit le chef, « lorsque j’exprime une gousse de vanille de Madagascar, elle ne peut me donner que ce qu’elle a ! ». Alors il nous faut désapprendre la puissance des arômes artificiels, revenir à l’essence du goût, retrouver la délicatesse.

Crèmes glacées en toute saison, gaufres, chocolat chaud et crêpes en hiver.
2, rue de Paris – Vichy

LA GALERIE DES GLACES : COUP DE FRAIS SUR LA PASTILLE

Dans les entreprises familiales on parle souvent de la loi des 3 générations : la première la crée, la deuxième la développe et la troisième la ruine. Ce sombre karma ne se réalise pas chez les Moinet-Michaille. D’abord, parce que c’est la 6ème génération qui est aux manettes, ensuite parce qu’ayant les chakras bien ouverts, Elisa- beth et Gilles « sentent » le marché. Ils se lèvent probablement tous les matins en paraphrasant les mots de JFK : « ne te demande pas ce que ta pastille peut faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour ta pastille ! »

_DSF4231Et de fait, loin de se contenter de vendre leurs 800 tonnes d’or blanc annuelles, ils multiplient les initiatives et les points de vente. Dernier en date : la Galerie des Glaces. Lorsque ce local s’est libéré, ils se sont souvenus de tous ces touristes pénétrant dans leur magasin de l’île Saint-Louis le cornet à la main. Ni une, ni deux, ils ouvrent à Vichy un commerce de glaces afin que d’autres touristes entrent dans leurs maga- sins vichyssois eux aussi porteurs de cornets. Avouez qu’il fallait y penser !

Dans l’opération, il n’y a que des gagnants. Les yeux d’abord : esthétique générale de l’Asto- ria Palace retrouvée, mosaïque de ce qui fut l’entrée de l’omniprésente Société Générale exhumée… la restauration de l’échoppe de la place Victor Hugo est en tout point exemplaire. Les papilles ensuite, car après avoir hésité (très brièvement) à se lancer dans la production de glaces, les M&M de Vichy se sont sagement tournés vers un fabriquant de crèmes glacées. Ils ont jeté leur dévolu sur une ferme glacière, installée au pied des monts du Forez qui trans- forme directement le lait des vaches en glaces vachement bonnes. Chassez le naturel… ils n’ont pu s’empêcher de demander un parfum à la pastille, on ne se refait pas !

1, rue Georges-Clemenceau – Vichy

SANCY GLACES : L’AUTRE PAYS DES GLACES

Lorsqu’ils ont acheté leur résidence secondaire à La Tour d’Auvergne il y a plus de 17 ans, Chantal et Marc van Leeuwen n’imaginaient pas qu’en 2014, toute la famille quitterait Utrecht pour vivre et travailler en Auvergne. Bien sûr, on connaît l’attirance qu’exerce l’Auvergne sur les Néerlandais : une région à peine 3 fois plus petite, mais presque 20 fois moins peuplée. Ce qu’en revanche on sait moins, c’est qu’au pays des polders les glaces sont très populaires, depuis que l’immigration italienne y a importé son savoir-faire. C’est comme ça que Chantal a appris son métier d’artisan glacier. En vacances en Auvergne, constatant l’absence de fabricants de glaces artisanales, Chantal et Marc décident de changer de vie et de joindre l’utile : le savoir-faire de Chantal, à l’agréable : une vie à l’air au vert pour toute la famille. Le temps pour eux d’encaisser le choc de simplification (3 jours pour lancer son entreprise au Pays-Bas, 3 mois en France), d’apprivoiser les Auvergnats et de maîtriser la langue pour présenter leurs glaces avec toute la subtilité et la finesse requises, l’aventure Sancy Glaces était en marche. Désormais ils achètent des milliers de litres de lait à leurs voisins et se fournissent en fruits frais pour préparer la cinquantaine de parfums qu’ils proposent, des plus classiques aux plus atypiques : orange-carotte-gingembre ou bière blanche–citron… Après avoir ouvert leurs premiers points de vente en Auvergne, ils fournissent également des restaurateurs, des sites locaux et même des grandes surfaces de la région qui souhaitent proposer des desserts made in Auvergne. A la recherche d’une petite ville touristique et dotée d’un climat estival propice, ils ont choisi Vichy et le passage de l’Amirauté pour ouvrir leur 3e boutique. Chantal et Marc ont la satisfaction d’avoir réussi leur changement de vie, mais plus encore de vendre du bonheur, car les glaces c’est un produit positif qui donne la banane, quel que soit le parfum et l’âge du client ! Mais il leur reste un dernier challenge à relever : réussir à faire manger des glaces aux Français toute la journée, parce que c’est bien connu, avant 15h, c’est interdit !

Passage de l’Amirauté – Vichy

_DSF4394