Deux sources, deux noms mais une seule destination: les jardins de l'ancien Hôtel Dieu où fut construit au milieu du XIXe siècle l'établissement thermal Sainte-Marie. Voici ici l'histoire de "Cusset-les-Bains"!

Pour tous les automobilistes qui empruntent le carrefour du Centenaire de la République à Cusset, combien sont-ils à avoir remarqué le petit édicule en béton et brique surmonté d’un grand toit à l’impérial et arborant fièrement l’inscription:
« Société Vichy-Prunelle – Sources Elisabeth et Sainte-Marie » ?

Curieuse construction pour certain et dernier témoin d’une époque révolue pour d’autre, cet édicule moderne construit pour réunir le captage des deux sources fait suite au premier aménagement artificiel en grotte de la 2ème moitié du XIXe siècle, situé dans le parc de l’établissement thermal, pour matérialiser la présence de ces eaux. Cet édicule fait office de porte d’entrée dans l’histoire thermale de la ville et de son magnifique établissement Sainte-Marie aujourd’hui disparu.

En effet, derrière une véritable mise en scène destinée à entretenir le mystère des bienfaits de ces eaux, le complexe thermale cussétois proposait en plus de son lieu de cure et de son hôtel, un vaste parc avec kiosque à musique, tables de jeux, allées de verdures et buvette. Les sources Elisabeth et Sainte-Marie ont alors connu de nombreuses heures de gloire. Découvertes au milieu du XIXe siècle, ces eaux avoisinant une température de 17°C, se révèlent très intéressantes pour leur teneur en magnésie et en gaz carbonique (pour la source Elisabeth également appelée source de « l’Hôpital) et en fer et en manganèse (pour la source Sainte-Marie).
Par la suite, elles sont reconnues d’utilité publique en 1879, la même année où malheureusement l’hôtel Sainte-Marie connait un incendie causant la perte de la seule structure d’accueil des curistes sur Cusset. Malgré cela, l’exploitation des deux sources a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle. Connues pour soigner les maladies du sang et les affections des appareils digestifs et urinaires, l’Hôtel Dieu n’a pas hésité à prévoir des installations permettant l’acheminement de ces eaux jusqu’à l’hospice.
Aujourd’hui, même si l’eau ne jaillit plus, le quartier conserve encore les traces de ce passé thermal.

  • Environnement : En ville
  • Patrimoine historique
  • Tourisme adapté : Accessible en fauteuil roulant avec aide
  • Type(s) : Site et monument historiques

Catégories

  • XIXe siècle

Langues parlées

  • Français

Services & équipements

  • Animaux acceptés
  • Parking à proximité
  • Animaux acceptés

Période d'ouverture

Toute l'année, tous les jours.
Visible de l'extérieur uniquement.

Tarifs & paiement

Accès libre. Visible de l'extérieur uniquement.

Gratuit

Animaux acceptés sans supplément

  • Langues panneau d'information : %s